Grand format sur le pilote allemand

Michael Schumacher est né le 3 janvier 1969 à Hürth-Hermülheim (Allemagne), il est issu d’une famille modeste faisant partie de la petite bourgeoisie. Son père, Rolf est maçon. Petit, il s’intéresse déjà aux moteurs, c’est à seulement quatre ans, qu’il adapte le moteur d’une tondeuse à gazon sur son karting à pédales jusqu’au moment où il heurte un lampadaire devant chez lui. Son père, par précaution, le conduit au circuit de Kerpen. Petit, il porte également un intérêt pour le football, le tennis, mais aussi l’escalade.

C’était quand même un petit prodige, il gagne son premier championnat à 6 ans alors que ses concurrents ont plus du double de son âge. La famille travaille autour du circuit. Très vite, par manque de moyens, la famille va être aidée par le soutien financier d’hommes d’affaires locaux (des amis à eux). A ses 12 ans, Michael part avec son père au championnat du monde de karting en Belgique, il y découvre notamment Ayrton Senna qu’il admire beaucoup. Les débuts sont concluants, après avoir obtenu sa licence, l’allemand remporte des championnats junior en ayant un matériel toujours inférieur aux autres. En 1986, il quittera la catégorie junior et sans surprise il sera champion d’Allemagne puis champion d’Europe. Au lycée, Schumacher a une scolarité compliquée, il optera pour une formation de mécanicien, pour trouver un travail au cas où.

A l’automne, il fera ses débuts en Formule Ford 1600 à des séances d’essais et c’est en 1988 qu’il décroche un contrat de quatre courses pour disputer le championnat d’Allemagne. En s’adaptant assez vite, il remporte des victoires dans toutes les catégories dans lesquels il concourt et deviendra vice-champion derrière le finlandais Mika Salo. Willi Weber offrira des séances de Formule 3 à Michael persuadé que son destin se trouve en Formule 1 et deviendra son manager pour 10 ans.

En 1990-1991, Schumacher aura de multiples activités comme la Formule 3, le DTM, mais aussi, l’allemand participera aux 24 heures du Mans.

Michael fait ses débuts en F1 à Spa-Francorchamps à bord de la Jordan 191, il excelle en essais et se qualifie 7e. Il abandonnera la course au premier virage, son embrayage casse et il est contraint de stopper sa course. Un an plus tard, chez Benetton, il décrochera ses premiers points à Monza mais connaîtra une saison difficile en terminant 14e du championnat avec plusieurs abandons mais surclassera tout de même ses coéquipiers. En 1992, la rivalité commence entre l’allemand et le brésilien Senna. Schumacher gagnera pour la première fois en F1 en Belgique.

En 1994 et 1995, Michael sera deux fois champion du monde de formule 1 avec Benetton, après avoir gagné ses deux premières courses face à Senna. Le brésilien trouvera la mort sur le circuit d’Imola alors qu’il menait la course. Le pilote allemand remporte alors son premier titre. En 1995, avec sa Benetton désormais équipée du V10 Renault, Schumacher réédite sa domination sur la Formule 1, avec neuf succès (Brésil, Espagne, Monaco, France, Allemagne, Belgique, Europe, Pacifique et Japon), égalant le record de Nigel Mansell en 1992, et un deuxième titre mondial.

Entre 1996 et 1999, le pilote arrive chez Ferrari, aide l’équipe à remporter un titre constructeur mais cela s’arrêtera là avec quelques victoires en Grand Prix.

Année 2000, le baron rouge naît et rafle tout ce qu’il peut sur son passage avec cinq titres pilotes et constructeurs avec Ferrari. 2004 aura été l’année de tous les records. Après cela, il ira un peu plus tard chez Mercedes de manière à étoffer son palmarès dans la catégorie reine du sport automobile. Puis sera remplacé par Lewis Hamilton qui devient aujourd’hui son successeur au niveau de sa carrière.

Maintenant, nous allons nous plonger dans l’interrogation, dans le mystère de l’accident de ski et de l’état de santé de l’ancien pilote. Le 29 décembre 2013, Michael va être victime d’un très grave accident de ski à Méribel (France). A 11 heures du matin, on retrouve Michael, Mick et trois amis dévaler les pistes des Alpes, pour immortaliser ce moment, Michael décide de filmer le moment avec une caméra fixée sur le casque. Il s’éloigne de la piste en passant par une zone délimitant deux pistes, un de ces skis tape une roche et sa tête une autre à peine visible, la caméra lui perfore le crâne. Il sera ensuite plongé dans le coma suite à une chute banale. Ce qui est triste c’est que toute sa vie, il a pris de nombreux risques à 300 km/h en F1. L’information fait très vite le tour du monde. La famille protège et censure au maximum la communication dans une situation de crise.

Michael serait possiblement dans un état végétatif. Le lieu de résidence pose problème : alors qu’on croyait que Michael était en Suisse, il aurait pu être déplacé dans une villa à Majorque (2018) sécurisée par des caméras, barbelés et brouilleurs de drones (photos de journaux allemands, témoignages). Le fils Mick, champion de Formule 2, obtient une place chez Haas et va sûrement relancer les débats et ternir l’image de la famille, s’il ne réussit pas.

Ces informations sont à retrouver dans le documentaire “Michael SchumacherEn quête de vérité” diffusé sur RMC Story.

On espère connaître la suite très vite, mais la vérité. Un documentaire devrait sortir prochainement recueillant des enregistrements privés, Corrina et Mick auraient accepté de participer à ce tournage. Le coronavirus rallongera sûrement sa date de sortie.

Arrivée au GP d’Autriche en 2002

L’article peut être modifié en cas de nouvelles informations.

Tags:

Comments are closed