L’enfance

Jackson Richardson est né le 14 juin 1969 à Saint-Pierre (Île de la Réunion). Il découvre le handball à ses six ans notamment lorsqu’il pratiquait en même temps le football et le basketball. Il préfèrera et se tournera vers le handball, l’histoire de cet homme est folle.

Jeunesse et détection

Août 1988, Jackson a 19 ans, l’Equipe de France de Handball fait sa tournée dans l’île (Réunion). Le sélectionneur, Daniel Constantini, repère le jeune talent et l’emmène avec lui au Bataillon de Joinville faire son service militaire, puis dans un même temps, il lui fait rejoindre le club de Paris-Asnières évoluant à ce moment là en National 1 (3e division). Ceci permettra au jeune réunionnais de participer au championnat du monde junior en 1989 avec l’espoir d’intégrer l’équipe de France A qui est alors en pleine construction.

Richardson montre ses qualités et ne perd pas de temps pour se faire remarquer, il est retenu en mars pour le championnat du monde 1990 en Tchécoslovaquie où l’équipe de France gagne sa qualification pour les Jeux Olympiques de 1992 à Barcelone. Il sera élu “MVP” de la compétition.

L’ascension de la carrière

En 1991, il se sépare de Paris et rejoins OM-Vitrolles en première division. Il sera sacré champion de France en 1994 et 1996, vainqueur de la coupe nationale en 1993 et 1995 ainsi que de la coupe d’Europe des vainqueurs de coupe en 1993. Les 4 années passées en Allemagne avec le club de Großwallstadt lui rapporteront la Coupe des villes (C4).

L’apogée de sa carrière se trouvera en Espagne avec le PSA Pampelune, vainqueur de l’EHF Champions League en 2001 face au grand FC Barcelone en finale sur le score de 55 à 46 (match aller-retour). En 2002, Jack sera champion d’Espagne puis encore vainqueur de la Coupe des coupes. Son domaine de prédilection est demi-centre, il affectionne beaucoup le poste avancé en défense (5-1) qui lui permet d’aller “gratter le ballon” aux adversaires. En 2004, le handballeur français sera le porte drapeau aux JO d’Athènes, un moment mémorable dans sa carrière.

Sa carrière en bleu aura tout de même été une réussite, il est le joueur le plus capé avec 417 matchs disputés. Il sera “bronzé” puis “barjot” puis “costaud”. Il aura dans son palmarès une médaille de bronze au Jeux de Barcelone en 1992, il sera vice-champion du monde en 1993 puis champion du monde en 1995 et en 2001. Il atteindra à trois autres reprises le podium lors des Mondiaux 1997, 2003 et 2005. A titre personnel, il sera récompensé du joueur du siècle par la fédération.

Une fin avec une reconversion

Sa carrière de joueur se terminera par un passage à Chambéry, puis une très courte apparition à Rein-Neickar Löwen (en Allemagne).

Jackson veut poursuivre le handball, en devenant entraîneur à Chambéry au poste d’adjoint, club qui a formé son fils Melvyn, qui lui se trouve aujourd’hui au Montpellier Handball. Cette expérience, est devenue une révélation, il affirme vouloir prendre la tête d’un club professionnel. Le Dijon Bourgogne Handball le recrute étant à ce moment là en D2. Pour des raisons personnelles, il quittera Dijon. Ayant une double nationalité, il prendra en charge l’équipe nationale du Gabon, et mènera le Gabon à la 5e place de la Coupe d’Afrique des Nations qui sera le meilleur résultat de l’histoire de la sélection.

Cette homme à marqué l’histoire du handball par son empreinte, et il est devenu au fil des années un des joueurs emblématiques du handball français.

Tags:

Comments are closed